Mains tendues. Genèse de l’illustration. Par Marion Curtillet.

Ce dessin, c’est celui de la bonne fée. Au départ, il représente notre bonne fée à nous bien sûr, Agapanthe. Mais à travers cette bonne fée en particulier, nous voulions rendre hommage à toutes les bonnes fées du monde ! Sans vous, les bonnes fées, c’est simple… Je crois qu’on ne pourrait jamais, nous les parents d’enfants malades, porter tout ça…

Agapanthe. Les aventures de Piwi Coeur. La bonne fée (page 19 de l’album)

Alors vous me direz : « Mais elle n’a pas d’ailes, cette fée ? » Bien vu ! Et pourtant, elle est bien tombée du ciel… Elle n’est ni une association, ni un membre de la famille, ni une amie de longue date. Elle passait par là quand Piwi Cœur allait arriver et je ne sais pas… ils se sont trouvés connectés… Hasard ? Pas hasard ? Ça dépend de vous, croyez-vous au hasard ?

Vous me direz aussi qu’elle n’a pas de baguette magique. En fait, elle en a bien une, regardez de plus près ! Vous ne la voyez toujours pas ? C’est parce que vous cherchez une vraie baguette magique comme dans les contes de fée ! Mais celle dont on parle ici est invisible. Elle est partout, dans son regard, dans ses mains, dans son sourire. Dans cette énergie qu’elle dégage. Dans les mots qu’elle peut dire aussi. Vous la voyez maintenant ?
Oui, c’est ça ! C’est l’amour ! La plus magique des baguettes !

Vous me direz enfin qu’elle n’a pas de super pouvoir. Que si elle était vraiment une fée, Piwi Cœur ne serait pas dans cette posture improbable, bras ballants, tête qui n’a de maintien que celui des mains qui l’empêchent de partir en arrière. Il n’aurait pas de sonde naso-gastrique bien sûr. Et il ferait des vrais bisous, comme n’importe quel bébé. Mais le pouvoir magique des bonnes fées dont on parle ici n’est pas de cet ordre-là. Il est de l’ordre de la fenêtre… Ce n’est pas la réalité qu’il transforme, mais la perception que l’on en a. Il ouvre notre cœur, change notre regard. Il fait rentrer la lumière, repeint le monde en couleur.

*

Ça n’a pas été facile pour Agapanthe-la-discrète de dessiner son autoportrait… Il a fallu la rassurer, lui dire que personne ne la reconnaîtrait, que ça n’était pas elle-même que nous allions mettre sur le devant de la scène, mais toutes les bonnes fées du monde…

Seulement, voilà, je vais quand même profiter de ces quelques lignes pour lui rendre hommage à elle en particulier, notre bonne fée à nous. Tombée du ciel avec sa baguette magique pour nous apprendre à voir la couleur dans le monde en apparence si noir de la maladie et du handicap.

Merci Agapanthe

4 Comments

  • Martine

    J ai été très touchée de venir à la soirée littéraire hier soi et je suis à nouveau très touchée de découvrir la bonne fée. J ai une immense joie et gratitude d’avoir croisé la route de Piwi CŒUR et de tous ceux qui l entourent. Mon âme se nourrit de la beauté de vos âmes et j en suis troublée et grandie ! Merci pour tout, je me réjouis du chemin que nous allons faire ensemble. Martine

    • Marion Curtillet

      Merci Martine ! Nous avons été également très touchées par votre présence et ravies de faire votre connaissance ! A bientôt pour la suite des aventures ! 🙂

  • Marie

    Moi, qui ai l’immense chance d’avoir croisé et fait un bout de chemin avec Agapanthe, je l’affirme bien haut : « Oui, cette fleur est une vraie fée ! Je connais certains de ses pouvoirs et ses bienfaits ; j’en ai moi-même profités. »
    Comme les super-héros, elle se doit de rester discrète et c’est pour cela que l’on ne voit ni ses ailes, ni sa baguette. Ainsi que le dit le Petit Prince : » On ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.