La « sphère orale »… Cette bouche, cette langue, ces muscles, ces nerfs, que nous utilisons si naturellement pour téter, déjà dans le ventre de notre mère, et dès les tout premiers instants de notre vie. Pour émettre nos premiers sons aussi ! Notre premier cri, nos « pleurs »… Du moins, quand nous ne sommes pas hypotoniques, ou en réanimation. Car dans ces cas-là, la bouche peut ne pas fonctionner normalement, voire ne pas fonctionner du tout ! Pas de pleurs, pas de mimiques. Et pour l’alimentation, une sonde naso-gastrique (nez -> estomac). Il manque alors au bébé les briques élémentaires sur lesquelles il aurait dû s’appuyer pour construire une oralité « normale ». Et commence le long, très long chemin de l’apprentissage a posteriori…

Un travail titanesque, et des progrès d’une lenteur tout aussi titanesque, mais rendus possibles malgré tout grâce à l’expertise de l’orthophoniste.

L’objectif à atteindre : la petite cuillère. Genèse de l’illustration, par Agapanthe.

Apprendre à manger (1) : pas si simple !
Apprendre à manger (2) : comment faire ? Eclairage en deux parties, par Géraldine Clément, orthophoniste.

Communiquer sans parler ? Eclairage, par Marie Terrier, orthophoniste.

« Une histoire d’oralité »Eclairage conté. Par Anne-Sophie Goyet. Orthophoniste à l’HFME (Lyon Est).

La séquence de la semaine prochaine :
Peut-on « s’habituer » ?